•  

                                                            BEDELIA 1910 - 1925
     
     
    On pense que Robert Bourbeaux et Henri Devaux ont créé le premier cyclecar français lorsqu'il sortirent en 1910 de leur atelier parisien la mythique Bedelia BD2MG à la configuration très aéronautique !
    Ce cyclecar avait la double particularité de transporter ses deux passagers en tandem mais surtout de ce conduire à partir de la place arrière.
    A l'origine de cette disposition particulière est la transformation d'une motocyclette accidentée en cyclecar par Devaux et Bourbeau qui en 1910 étaient des pilotes moto.
     
                               Moteur V2
                               http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/bd02.jpg
     
     
                               Vue des ateliers  "BOURBEAUX & DEVAUX" 1910-1916  
                               http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/usinebd.jpg
     
    A cette époque ce type de véhicule très léger connu une grande popularité dans toute l'Europe car le cyclecar était bien plus accessible que les voitures de l'époque.
    En plus de son originalité, ce cyclecar connu un meilleur succès que ses nombreux concurrents car il avait l'avantage de bien fonctionner grâce à un conception simple.
    Cependant, les courroies de transmission furent le défaut principal de ces véhicules au fuselage aéronautique car à la moindre averse ces dernières s'allongeaient, patinaient et finissaient ainsi par rompre.
    La seule solution fut d'inventer en 1911 un variateur qui activé manuellement modifiait la tension de la courroie afin d'en atténuer la fragilité.
     
    Une fois résolu le problème, BEDELIA lança une version commerciale et s'illustra dans de nombreuses courses entre 1911 et 1914 comme en témoigne ce palmarès :
     
    1911 et 1912 : Meeting du Mans (F) : Victoire dans la catégorie "Cyclecar".
     
    1911 et 1912 : Course de Val Suzon (F) : Victoire.
     
    1911 et 1912 : Course de Gometz le Châtel (F) : Victoire.
     
    1912 : Tour de France : Victoire dans la catégorie "Cyclecar".
     
    1912 : Brooklands (GB) : record de l'heure avec 74 km/h de moyenne.
     
    record du 50 et du 100 Miles.  
    record du km lancé à 104km/h.
     
    1912 : Course de Gaillon (F) : Victoire.
     
    1912 et 1913 : Circuit de Paris (F) : Victoire.
     
    1913 : Course Paris-Le HAVRE (F) : Victoire.
     
    1913 : Course Paris-Nice (F) : Victoire.
     
                         A fond les pistons !
                         http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/20057922948_WBedelia-7.jpg
     
     
                                     1912_Circuit de Paris
                                     http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1912.jpg
     
                                     1912_Grand Prix de France
                                     http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1912 GP France.jpg
     
    En 1913, la firme a le vent en poupe et s'expose au Grand Palais avec une gamme de trois modèles :
     
                                     http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1913.jpg
     
                                     B2MG , Course , Commerce
                                     http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1913_Bedelia gamme_01.jpg
     
     
    L'Armée essaya en 1914 un dizaine de cyclecars BD2MG soit comme " voiture mitrailleuse" ,
     
                                    http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1914 03.jpg
     
    voiture de "reconnaissance" (1915),
     
                                    http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1915.jpg
     
    ou soit comme véhicules "porte brancard" afin d'assurer l'évacuation sanitaire des soldats vers les hôpitaux de l'arrière.
     
                                    http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/38.jpg
     
                                    http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1914 02.jpg
     
    Cette dernière ne fut pas adoptée car la guerre étant grande consommatrice de chair à canon il était inconcevable de monopoliser un chauffeur pour ne prêter secours qu'à une seule victime à la fois.  
     
    Malgré une excellente publicité liée aux nombreux résultats sportifs la production cessa une première fois suite à la séparation des deux fondateurs.  
     
    Bourbeau quitta l'entreprise pour créer sa propre marque :  
     
     
                           " Automobiles JACQUEMONT"
                                       1922 - 1925

     
    Il installa son atelier dans le XIVè arrondissement de Paris où il fabriqua sans grand succès un cyclecar monocylindre de 1097 cm3 équipé d'une transmission à double courroies.
     
    Devaux, quand à lui, estima que les limites techniques du système de transmission des BEDELIA étaient atteintes et que faute d'amélioration l'intérêt de ses cyclecars était devenu insuffisant pour en continuer la production.  
     
    L'affaire fut donc reprise par le concessionnaire Mahieux à Levallois qui fabriqua de nouveau le cyclecar BEDELIA en modernisant sa carrosserie de 1920 à 1925.
     
                       Le siège de "MAHIEUX & Cie" (Levallois-Perret - 123 rue Jean Jaurès) de nos jours  [:pitcats:5] .
                       http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/123 rue Jean Jaures_ Levallois.jpg
     
     
    Ces nouveaux cyclecars optèrent pour une disposition conventionnelle "deux places face à la route" mais en conservant cette capricieuse transmission à courroies, ils ne purent soutenir la comparaison face à la concurrence qui adopta la transmission par arbre à cardans.  
     
    Enfin, les années folles virent naître les voiturettes qui portèrent un coup fatal aux cyclecars passés de mode car beaucoup moins valorisant aux yeux de la clientèle d'après guerre.  
     
    Si le cyclecar BEDELIA survécut bien plus longtemps que ses concurrents, le succès d'avant guerre ne fut plus au rendez-vous et la production s'arrêta définitivement en 1925.
     
    On estime à 3000 le nombre de cyclecars fabriqués par BEDELIA dont quelques exemplaires survivent encore de nos jours.  
     
                     Modèle 1913
                     http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1913be.jpg
     
    Sur le net on peut même trouver des miniatures de ces fabuleux bolides !
     
                     http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/Jouet Bedelia Sport.jpg
     
                     L'originale
                     http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/rival2bedelia.jpg
     
     
     [:pitcats:1] Série à compléter et à commenter à volonté  :jap:  

     

     

    nb: Je n'ai plus la source de certains de ces clichés donc si vous la connaissez dites le moi afin que je puisses mettre un lien vers leurs pages d'origine

     


    5 commentaires
  •  

     

     

     

       MAJ du 24/08/2008 : 3 docs via JP, Vega28 &  Aravis68 ... merci à eux ;-)  


     
     L'Exhumoir a changé de tanière mais fidèle à ses bonnes habitudes nous le retrouvons en action du coté de Levallois-Perret pour y relever le spectre d'un motoriste naguère aussi célèbre que De Dion-Bouton, Aster ou Panhard-Levassor.
     
     
     

     

     

     


    Usines Buchet _ Levallois-Perret (copyright inconnu)

     

     

    Il s'agit de la vénérable maison "BUCHET" sise au 49 rue Greffulhle à Levallois qui dès 1898 devint un incontournable fournisseur de cheveaux vapeur aux constructeurs de cycles qui se lançaient dans le motocycle , aux pionniers de l'automobile comme Fouillaron ou Chainless et aux fous volant tel Santos Dumont ou le Capitaine Ferber !

    1900_ Fouillaron (copyright inconnu)

     

    copyright "L'Histoire de la Moto"

     

      Spécialiste du moteur à refroidissement par air et culasse détachable, "BUCHET" équipa le 5eme dirigeable  de Santos Dumont long de plus de trente mêtres avec son excellent 4 cylindres de 20ch qui permis à ce précurseur de l'aéronautique de remporter le 19 août 1901 le fameux "Prix Deutsch de la Meurthe" consistant à effectuer une boucle Saint-Cloud_ tour Eiffel _Saint-Cloud en moins d'une demi heure !

     

     


     

    Dirigeable n°5 Santos Dumont (copyright inconnu)

    La socièté connait un essor important si bien qu'après avoir développé son réseau commercial à l'international comme par exemple en Belgique avec la "Cie Générale de l'Automobile" , le bureau d'étude lance l'étude de moteurs spécifiquement destinés à l'aviation qui jusqu'alors utilisait très souvent ceux développés pour l'automobile.

     

     (copyright inconnu)


    C'est ainsi qu'en 1905, "BUCHET" présente un innovant moteur aéronautique ,V8 3.5 litres de 50 cv ,par son poids plume de 50kg... un véritable coup de tonnerre suivi d'autres innovations importantes telle que les moteurs à soupapes en tête qui propulseront la firme sur de nouveaux marchés dont certains stratégiques puisque militaire à une époque où les vieux démons guerriers refont surface en Europe !

     

    Buchet V8 aéronautique (copyright inconnu)

     

     

    L'automobile émerveille chaque jours d'avantage et attire de nouveaux constructeurs comme "BUCHET" qui présentera en 1910 son propre véhicule sous la forme d'un solide taxi 12cv animé par robuste et très classique 4 cylindres 2 litres à soupapes latérales .
     

    Très rapidement de nombreuses compagnies européennes plébiscitent ce véhicule increvable et construit avec grand soin.
    Ce lancement réussi sur un marché professionnel particulièrement concurrentiel où se disputent Renault, Brasier, Benz ou Fiat, donne des ailes à la firme qui dès 1911 propose au grand public une variante plus puissante (type 12/20cv 4 cylindres 2.2 litres) qui autorise ainsi de plus de longs parcours à ses futurs acheteurs dans un confort de première classe.

     

     1912 _ Buchet 12/20cv  (copyright inconnu)

    L'entrée de gamme n'est pas pour autant délaissée puisque le millésime 1912 voit apparaitre une brillante 6cv 1100 cm3 qui séduira même un industriel britanique qui la produira sous licence jusqu'en 1915 sous la marque "ASCOT" preuve qu'après les moteurs la marque de Levallois-Perret avait acquis une certaine aura dans la construction automobile !

     

    1914 _ Buchet-Ascot 6hp  (copyright inconnu)

     

    La guerre viendra mettre un terme provisoire à cette aventure puisque logiquement l'entreprise fut réquisitionnée pour le montage de moteurs aéronautiques essentiellement.

    1919 marque deux changements importants pour "BUCHET" qui change d'actionnaire majoritaire en la personne de Gaston Sailly  mais aussi de site de production pour s'installer dans de plus vastes locaux à Boulogne au 73 rue de Sêvre.

     

     
     
    Vue actuelle de l'emplacement des Usines BUCHET à Boulogne

     

    La nouvelle gamme repose sur une 6cv 1150 et une dynamique 10cv 1500 déclinable sur demande en version "Sport"  avec un moteur à soupapes en tête.
    Là encore la 10cv (types 18/20 & B5) avec ses freins mécaniques à tambour sur les 4 roues connaitra un véritable succès commercial faisant de 1924 la meilleure année de production de l'entreprise depuis ses débuts!

     

     

     
     
     
     

    Malheureusement comme tant d'autres la firme se laissera griser par la montée en puissance ambiante et "BUCHET" présentera sa nouvelle 10cv ,la Buchet6,  en 1928 qui s'avera vite un véritable échec puisque les ventes ultra confidentielles de ce modèle ne permirent pas d'amortir le coût de conception de ce 1.7litres 6 cylindres développant 60ch !

    L'entreprise privée de sa trésorerie par cette erreur stratégique se verra contrainte de baisser le rideau dès les premiers assauts de la grande récession de 1930 faute de crédits suffisants pour étudier un nouveau véhicule innovant adapté à ce retournement de marché !

     

    Selon certaines sources le bureau d"étude "BUCHET" aurait survécu au marasme et de ses planches à dessins seraient sortis les prototypes des premiers planctomêtres ... insolite non ?

    Pitcats

    •  

    Puisant dans ses archives JP nous offre un article d'époque sur les automobiles BUCHET ... à lire !

     
     

     
     
    Un cliché exceptionnel car ... de la famille à Vega28 .. une tranche de vie qui ne me laisse pas insensible !
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    La marque en tant que motoriste était très connue en Europe et nombre de ses inventions furent brevetées dans de nombreux pays comme le montre cet exemplaire britanique trouvé par notre ami Aravis68 ;-)


    3 commentaires

  •  

     Un grand merci à JP pour ces nouveaux clichés à découvrir en fin d'article

                   MAJ du 22/12/2008

     

                  http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/logalcyon3.gif
     
     
     
     
    Tout d'abord un petit rappel sur La branche "automobiles"  du Groupe Alcyon fondé par Edmond Gentil.
     
    Le premier site industriel de la marque était situé au 4/6 Boulevard Bourdon à Neuilly Sur Seine et de là sortaient depuis 1902 moulte vélos et motos de bonne qualité.
     
                                  http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1906_auto2.jpg
     
    Point de retour nostalgique sur les lieux car voici à quoi il ressemble aujourd'hui  :( :
     
     
                                 http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/6 boulevard Bourdon2.jpg
     
     
                                 
     
    ALCYON fut dès 1902 une célèbre fabrique de cycles et de motos réputée pour la qualité de ses produits dont le slogan publicitaire était :
     
                                " Légères , Gracieuses et Solides "  
     
    En 1906, Alcyon débute son aventure automobile avec deux voiturettes, la 1.0 litres  ( 2 places) et la 1.4 litres (4 places), toutes deux propulsées par un monocylindre maison.
    Le châssis était déjà monobloc alors que ses concurrentes devaient se contenter de chassis en bois armé ou en tube d'acier... !
     
                                1906_ 1.0 litre
                                http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1906_1L_4.gif
     
    Les productions ALCYON furent toujours caractérisées par leur qualité de fabrication et de solides mécaniques  , fait particulièrement rare avant 1920.
    La firme connu un tel succès populaire que la publicité de l'époque fît de l'ALCYON monocylindre "la Vraie voiture du médecin" du fait de sa robustesse à toute épreuves.
    En effet, quoi de plus révélateur sur la solidité d'une voiture que la tournée quotidienne du médecin sur un réseau routier pour le moins "cassant" en ce temps là.
    D'ailleurs, E.Gentil donnait une importance particulière au choix de ses fournisseurs n'hésitant pas parfois à dessiner lui même les pièces qu'il commandait.  
    Cette compétence fit la réputation de la marque.
     
    Rapidemment la gamme s'étoffa de modèles plus important dotés de moteurs monocylindre ALCYON ou 4 cylindres ZURCHER allant de 7 à 12 cv :
     
                                1907_ 2.7 litres
                                1909_ 1.9 litres
     
                                http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/Alcyon1.jpg
     
                                1911_ 3.0 litres Sport
     
                                http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1911_3L_3.gif
     
                                1912_ 3.0 litres 16s
                                 
                                http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1912_3L16s_2.gif
     
    Dès 1912, le volume des ventes a pour conséquence l'acquisition d'un site industriel plus important à Courbevoie situé au 40/50 rue de la Garenne. 
     
     
    Cela tombait bien car Alcyon allait devoir participé 2 ans plus tard à l'effort de guerre et une de ces productions guerrières sera un avion mais sans plus précision que cette mention, je ne sais s'il s'agit soit d'une sous traitance en partie (laquelle ?) ou en totalité (quel avion ?) ou d'une création de Gentil  :??:  
     

     
    Ce qui est sur, c'est que cet intermède de 4 ans porta un coup d'arrêt à l'expansion automobile d'Alcyon et la lenteur du réglement des factures par l'Etat Françcais n'y est pas étranger  :pfff:  
    Fragilisées par la Grande Guerre,  les finances de la firme ne permirent pas un retour à la diversification de 1914 et le groupe  se consacra exclusivement à sa branche "2 roues" de 1918 à 1920.
     
    La proportion grandissante des deux roues dans l'activité de l'entreprise marginalisa fortement le secteur automobile.
    Cependant, au début des années 20, on vit apparaitre une éphémère et rare ALCYON GL 2.0 l mise au point par Giroux, représentant de la marque à Lyon .
     
                               http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/alcyon4.jpg
     
     
    L' autre ALCYON d'après guerre n'était plus qu'une "voiturette" équipée d'un moteur bicylindre de 497 cm3 et le chant du cygne fut un cyclecar au monocylindre 2 temps de 350 cm3.
     
    Si 1928 marqua l'arrêt de la fabrication automobile, les cycles et les motos survécurent jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale.
     
    [:pitcats:1]  Recherche infos sur l'activité deux roues et sur la période de 1945 à la fin de la firme :)  
     
    Voilà pour aujourd'hui, n'hésitez pas à commenter, rectifier si besoin et rajouter vos docs :jap:  
     
    Merci d'avance
     
    Pitcats

     

    Un grand merci à Jean-Pierre pour ces belles cartes postales qui suivent représentant l'Alcyon 1.0 litres moncylindre de 1907 :

     

     

     

     
     

    Quelques pub Alcyon ;-)

     

     

     

     
     
     
      

     

     

     

     

     
      

     


     
     
    MAJ du 22/12 : ALCYON au GP de Dieppe en 1912 .... roulez bolides !!!!
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    5 commentaires
  •  

                                                           http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/logodfp.gif
     
     
     
     
     [:pitcats]  L'histoire de la marque débute par la passion automobile des deux ingénieurs Doriot et Flandrin travaillant respectivement pour les marques "CLEMENT-BAYARD" et  "PEUGEOT".
     
    Flandrin à l'instar de son ancien collègue Louis Delage, brûle de quitter la firme au lion pour  travailler enfin à son compte.
    Convaincu par son ami,  Doriot  le rejoint pour créer la "DORIOT-FLANDRIN & Cie"  dont l'atelier prendra vie en 1906 au 169 Boulevard St Denis à Courbevoie.
     
    Les associés lancent la fabrication du type 6cv, une voiture monocylindre 1.1 litre dotée d'une transmission par arbre et de suspensions arrières transversales.
    C'est une réussite et  Doriot-Flandrin adjoindra en 1908 à son offre monocylindre un second plus puissant (type 8cv) et un bicylindre (type 10cv).  
     
                             D.F.P  8 cv _ 1910
                           http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1910_8cv_01.gif
     
     
    L'affaire grandissant, un troisième associé dénommé Parant viendra se joindre en 1910 et c'est alors que la marque pris définitivement la dénomination "D.F.P".
     
    La firme acquiert cette année là une véritable envergure avec l'apparition de modèles  plus ambitieux  animés par des moteurs 4 cylindres "Chapuis-Dornier" de 1.6 litres (type 10/12cv), 1.8 litres, 2.4 litres et 2.8 litres.  
    La forte demande en 10/12cv entraîne la saturation des moyens de production et pour répondre à ce succès on ouvre en catastrophe une nouvelle usine à Courbevoie au 20 de la  rue Jules Ferry.  
    En effet, c'est à ce modèle bien né que la firme doit son étonnante ascension que rien ne semble contraindre même pas l'échec en 1911 du lancement de la 6 cylindres 20/25 hp.  
    Confortablement installés en 1912 grâce à de solides moyens financiers, DFP abandonne "Chapuis-Dornier" pour concevoir d'excellents  moteurs 2 litres (type 10/14hp) et 3 litres (type 12/15hp).  
     
    12/15hp
    http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1914_1215_01.gif
     
     
    La renommée internationale viendra d'outre manche lorsqu' en 1913 deux frères concessionnaires de la marque engagent avec succès une 10/14hp modifiée par leurs soins sur l'autodrome de Brooksland pour le fameux Half-Miles qui sera abattu à plus de 144 km/h !  
     
    http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1910_Bentley sur DFP.jpg
     
    Ces illustres inconnus sont les frères BENTLEY qui deviendront les fers de lance de D.F.P en compétition jusqu'en 1914 où la Grande Faucheuse viendra grippée définitivement les ambitions de la marque.  
     
    http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1912_12-15_bentley ile de Man.jpg
     
    En attendant, de formidables voitures de grand tourisme sortirent sous l'impulsion des Bentley telles que la trop méconnue 3 litres 16/22 hp ou la célébrissime (à l'époque du moins ...) sportive 2 litres 12/40 hp reconnaissable à son radiateur "coupe vent" .  
     
    http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/Agedor2004_314.jpg
     
    Au dernier "Tourist Trophy " d'avant guerre, cette 2 litres dotée de pistons en aluminium s'offrira le luxe de mettre à terre de nombreuses concurrentes aux  moteurs 3.5 litres bien plus puissants... quelle publicité pour la marque qui vit alors son heure de gloire en Europe !.
     
    http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1914_12-40_01 2003.jpg
     
    Les plaies du conflit ne sont pas encore cicatrisées, que la firme se voit privée de son marché britannique en 1921 lorsque les frères Bentley présentent leur fameuse 3 Litres largement inspirée par D.F.P.  
    Rapidement, la firme connaît une descente vertigineuse en enfer car la clientèle se détourne d'elle des deux cotés de la Manche et c'est au abois financièrement que DFP tente de redresser la barre en lançant de nouveaux modèles motorisé par d'autres ... comme à ses débuts !  
     
    1921
    http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/dfp19219bl.jpg
     
     
    Une nouvelle "2 litres" (moteur Alto) et une 10/12 (moteurs Sergeant puis American) sont présentés en 1920 en remplacement des illustres modèles d'avant guerre !  
    Les faibles ressources de l'entreprise ne lui permettent plus d'innover et c'est déjà un exploit que de maintenir d'actualité des modèles ignorés. En 1922, la nouvelle 12/40 hp est équipée d'un passage de vitesse à pommeau et de freins sur les 4 roues.  
     
     [:pitcats:1]            Une pub de 1914 vantant les performances des DFP 10/14hp
               http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/39.jpg
     
               Pub de 1923 pour la DFP 10/12hp à moteur Sergeant
               http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1923_12hp_01.jpg
     
               La même en version torpedo et moteur American en 1924
               http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1924_1012_01.gif
     
               La craquante 1100 type 7cv roadster en action _ 1928
               http://faimg1.forum-auto.com/mesimages/264762/1928_7cvdf_01.gif 

     
    Un an plus tard ce modèle rebaptisé 13/50 hp est équipé d'une boite 4 vitesses et d'un nouveau moteur ... maison  mais il faut se faire une raison le marché n'est plus là alors DFP lance son dernier souffle sur les sportives légères à l'image d'Amilcar qui  rencontre le succès.  
     
     
     
    Cette petite DFP sera la "1100" qui connaîtra un certain succès sur les pistes et donc dans les halls de vente mais ce marché est une niche qui ne permet pas de combler la déconfiture des plus classiques  10 et 12hp peu fiables en terme de motorisation.  
    Ce sera le talon d'achille de DFP et le coup fatale lui sera porté par la revue "OMNIA" qui qualifiera les productions de la marque comme suit :  
     
                                                 "la Dernière Ferraille Parue"  
     
    Mise en dépôt de bilan depuis 1927, la firme ne s'en remettra jamais et la dernière 1100 sortira de l'usine en novembre 1933 ... quel épilogue dramatique pour une marque ayant connue un tel firmament !!!

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires