•                                                                                    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/logo21.gif
     
     
     
     
     
    Les Etablissements BALLOT furent avant la première guerre mondiale un prospère fabricant de moteurs marins d’où la présence de l’ancre sur l’emblème de la marque parisienne installée depuis 1905 dans le 14éme arrondissement Boulevard Brune.
     
     
                                   http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/dea4_1.jpg          http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/publicite moteurs ballot.jpg
     
     
                                                               Une diversification des frères Ballot dans la boulonnerie  ;)                                                        
                                                               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/350px-BALLOT_BOLTS.jpg
     
     
     
    Après avoir répondu à un appel d’offre de l’armée sur le mise haut point de groupes autoportés, l’entreprise se diversifia prudemment dans la production de moteurs automobiles et bien lui en pris car ses productions jouissèrent très vite d’une importante aura auprès de nombreuses marques française de l’époque telle que Delaugère, Corre, Barre ou Delage pour ne citer que celles-ci.
     
     
                                 http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/image1.jpg http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/medium_notrehistoire_unefoisr55_autophoto_article_complet1.jpg
     
     
                                      La Licorne carrossée par ANTEM (GV)
                                     http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1928_ Licorne a moteur Ballot par ANTEM.jpg
     
     
     
     
     
    Bien entendu lorsque les hostilités s’ouvrirent, la firme fut fortement sollicité dans l’effort de guerre et les ateliers tournèrent jours et nuits pour satisfaire une demande toujours croissante et lorsque l’armistice fut signée la firme tenait alors le haut du pavé avec une trésorerie laissant présager un retour confortable dans le civil.
     
    L’annonce de la participation de Peugeot en 1919 aux 5OO milles d’Indianapolis déclancha chez Edouard Ballot la ferme descision de mettre au point la première automobile siglée Ballot, une superbe fusée avec un bloc 8 cylindres en ligne de presque 5 litres conçue par le sorcier de l’époque, Ernest Henry, père des Peugeot L76 d’avant guerre.
     
     
    1913 _ Peugeot L76 de Jules Goux avant le départ à Indianapolis
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1913_L76_500 milles Indianapolis_01.jpg
     
     
     
    En un trimestre seulement le croquis de la planche à dessins s’envolait pour ses premiers tours de roues entre les mains du pilote René Thomas lors de longs essais sur les pavés et nids de poules de la RN7…
     
     
     
                                               1918-19_ proto
                                               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/proto 15CV.jpg
     
     
     
    Si Howard Wilcox remporta l’édition 1919 de la course au volant d’une Peugeot il faut noter l’exploit de l’écurie Ballot qui remporta le record du tour à plus de 167 km/h …. Chapeau pour une première sortie non ?
     
     
    1919_ Howard Wilcox sur Peugeot L76 vainqueur à Indianapolis
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1919_wilcox_breaks100.jpg
     
     
    1919 _ René Thomas sur Ballot à Indianapolis (GV)
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1919_2litres a Indianapolis.jpg
     
     
     
    Le virus de la compétition étant inocculé, la firme fut présente dans de nombreuses compétitions aussi bien en France qu’à l’étranger avec des variantes 8 cylindres 3 litres et 4 cylindres 2litres.
    Des confrontations de légende s’engagèrent avec Peugeot (1919_ Indianapolis & Targa Florio), Monroe (1920 _ Indianapolis) , Duesenberg ( 1920-21_ Indianapolis & ACF Le Mans) , Talbot (1921_ ACF Le Mans), Fiat et Bugatti (1922_ ACF Strasbourg), Mercedes (1922 Targa  Florio).
     
    1920_  (ZS) Ballot 3 litres 8cylindres avec De Palma (?) aux commandes avant de s'attaquer aux Monroe, Frontenac et Duesenberg
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1921_3litres.jpg
     
     
    1922_ (ZS) Ballot 2litres 4 cylindres de Guilo Foresti au GP de l'ACF à Duttlenheim
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1922_01.jpg
     
     
     
    La production de modèles « civil » ne débuta qu’en 1921 avec une version route 3/8LC très proche du modèle de compétition ce qui en fit une sorte de GT à ne pas mettre entre les mains de tout le monde ….
     
     
                                                        http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/civile.jpg
     
     Cela tomba bien car seule une série limitée à quelques dizaines d’exemplaires fut produite à l’attention de clients pilotes ….
     
    Pour répondre à une demande latente forte, la firme présenta en 1922 son modèle 10/11CV type 2LT issu du modèle de compétition 2LS et qui fut certainement la plus aristocratique des modèles 2 litres de son époque !
     
     
     
                                               1922_ 10/11cv 2litres type 2LT
                                               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1922.jpg  
     
     
                                               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/moteur1.jpg
                                               (ZS)
     
     
     
                                               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/2litres sport extra legere & sport.jpg
                                               GV
     
     
     
     
     
    Raffinée, puissante et  sécurisante avec ses freins mécaniques sur les 4 roues ce modèle évolua en puissance deux ans plus tard (type 2LTS) avant d’être remplacé en 1927 par une 6 cylindres  2 litres 15cv (type 2LT-6) dont aucune suite commerciale ne fut donnée semble t’il.
     
     
     
                                               1924-26_  Ballot 2LTS  :love:
                                               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/76.jpg
     
                                               
     
     
    En effet la seconde partie des années folles étant un festival de nouveautés en terme de grosses cylindrées, Ballot n’échappa pas à la rêgle et  présenta en 1928 sa luxueuse 2.6 litres 15cv (type RH)  une  puissante 8 cylindres en ligne dont la cylindrée évolua en 1930 à 3 litres devenant ainsi la 17cv (type RH3) ….
     
     
     
                                              1928-30_ 15cv Type RH
                                              http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1929_BALLOT RH_01.jpg
     
     
                                              1930_ 17cv Type RH3
                                              http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1930_8CYLINDRES RH3.jpg
     
     
     
     
     
    Cet étalage de superlatifs tomba au plus mauvais moment pour la firme car la recession économique la priva d’une clientèle capable de s’offrir de tels véhicules mais contrairement à tant d’autres qui disparurent corps et âme dans l’oubli, l’outil industriel des Etablissements Ballot fut repris fin 1931 par l’un de ses prestigieux concurrents Hispano-Suiza qui accompagna en douceur le mourant en lui portant l’extreme onction sous forme d’un hybride type HS26 associant la caisse de la RH3 au noble 6 cylindres espagnol 4.6 litres T64 d’Hispano-Suiza.
     
    Passé à trépas quelques semaines plus tard, Hispano-Suiza hérita des installation parisiennes du défunt pour y assembler sa « Junior » ….  
     
    Un très grand merci à Gabriel et Team ZS  pour leur précieuse aide iconographique sans qui cette exhu aurait été moins agréable à parcourir !!!  

    22 commentaires
  • Après De Dietrich et Rolland-Pillain, voici un autre constructeur régional beaucoup moins connu mais qui par son parcourt mérite qu'on s'y attarde le temps d'une Exhu.
     
    La société familiale "DELAUGERE Père & Fils" est à l'origine une entreprise de carrosserie réputée pour son savoir faire dans la région d'Orléans.
     
    Vers 1890, on commence à voir ici et là dans les rues de cette citée circuler  de rares automobiles qui lors de lors passage provoquent curiosité et attroupement des riverains.
    La Famille Delaugère ne manque pas d'observer que cet intérêt croissant pour cette innovation si décriée par les têtes pensantes de l'époque à sans aucun doute toute les chance de se transformer avec un peu de temps en acte d'achat et c'est la raison qui pousse cette firme notoirement établie à se lancer dans l'aventure.
     
    La firme va tout d'abord se pencher sur l'étude d'une motorisation monocylindre fiable et simple à construire et dès 1898 elle est en mesure de présenter à Paris un tricycle motorisé qui marque le début de l'aventure automobile de la société "DELAUGERE & Cie".
     
    Les débuts sont prudents et les évolutions de l'engin consisteront essentiellement à le doter d'une quatrième roue ainsi qu'a des améliorations techniques mineures.
     
    Rapidement force est de constater qu'à l'instar du modèle De Dion-Bouton la firme doit faire évoluer son offre commerciale et franchir une nouvelle étape avec la conception puis la réalisation d'une automobile digne de ce nom.
    Pour se faire l'entreprise s'associe en 1903 avec les frères CLAYETTE qui assurent la mise au point de la partie hors mécanique de la future DELAUGERE-CLAYETTE.
     
     
     
                                                                        http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/logo DC.jpg
     
     
     
    Si la raison sociale de l'entreprise évolue en "DELAUGERE-CLAYETTE Frères & Cie", son envergure aussi car en inaugurant à Orléans un vaste complexe de production de plus de 20000 m2, la firme change de braquet en passant au stade de production industriel !
     
    Chaque jours 2 automobiles de noble construction y sont produites par plus de 200 ouvriers et fait remarquable le capital de la société était supérieur à celui du lion de Sochaux ou du losange de Billancourt !!
     
    La firme se fait remarquer par des attentions tout à fait innovantes à l'égard de ses clients pour qui elle propose des services sur mesure comme l'envoi d'un chauffeur mécanicien  pour initier l'heureux acquéreur aux subtilités de la conduite d'une DELAUGERE-CLAYETTE ... !
     
     
    1904_ Delaugère-Clayette type 4A
                       http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/73.jpg
     
     
     
     
    Dès lors le métier de base de la société lui permet d'offrir au client un impressionnant choix de carrosseries clef en main et donc de simplifier le parcourt du client ce qui est d'autant plus apprécié par les entrepreneurs locaux mais aussi par  l'Armée et certaines municipalités comme Toulouse qui resteront longtemps des clients fidèles aux productions utilitaires de la firme.
     
    On remarque au passage que DELAUGERE-CLAYETTE a su tirer les enseignements de la première crise automobile de 1904 en se diversifiant aussi dans la production de camionnettes moins sensible aux aléas de ce nouveau marché.
    Le slogan publicitaire de la marque sera "Robustesse, confort et souplesse", et Jeanne d'Arc servira même d'emblème à ces luxueuses voitures que l'on retrouvera dans certaines Cours comme celle d' Angleterre pour n'en citer qu'une !
     
    J'ai lu que le Kaiser lui même avait commandé une 8 cylindres de la firme au bord de laquelle il souhaitait parader lors d'une visite à Paris et qu'en souvenir de l'engagement familial lors de la Guerre de 1870, Félix Delaugère refusa d'honorer cette commande bref dans cette anecdote tout est dit quand au train de vie de la marque en cette période faste !!
     
     
     
                                                                   http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/medium_notrehistoire_unefoisr55_autophoto_article_complet.jpg
     
     
    L'international n'est donc pas oublié puisque désormais dans chaque salon automobile que compte le vieux continent on retrouve à chaque fois un stand aux couleurs de l'entreprise qui d'ailleurs remporte même parfois des honneurs en récompense de la qualité de ses productions.
     
    La firme innove en équipant ses automobiles de leviers coulissants pour le changement de vitesses (1906) et de transmission par arbre (1907)
     
    En 1913, la firme obtient même la licence de fabrication pour la France des moteurs suisses "FISCHER" technologiquement  audacieux qu'elle fournira à certains constructeurs comme De Bazelaire mais la guerre met en suspens un promoteur avenir.
     
    Après 4 années de productions militaires axées sur les camions, la reprise se concentre désormais quasiment sur ce type de fabrication laissant ainsi peu de place à l'automobile légère.
    Ceci s'explique aussi par la rationalisation de la production que l'on retrouve un peu partout dans le paysage industriel de l'entre deux guerres.
     
    Cependant l'activité "motoriste" de l'entreprise restera dynamique au cours de ces premières années avec entre autre la présentation d'un 6 cylindres avant de s'éteindre avec le décès de Maurice Clayette en 1922.
    Dès lors la production limitée des automobiles DELAUGERE-CLAYETTE motorisée par Ballot (300 exemplaires seulement de l'ultime type V sortirent des chaînes en deux ans de production !) et un rayonnement quasi régional ne lui augurent guère d'avenir et en 1925 la firme à la traîne technologiquement parlant tombe dans l'escarcelle d'un des géants du marché : PANHARD & LAVASSOR.
     
    La marque ne disparaîtra pas immédiatement, car si P&L met fin à la production automobile aussitot l'encre de l'acte de cession séchée l'activité carrosserie et utilitaire DELAUGERE-CLAYETTE sera elle conservée jusqu'au début des années 30 à Orléans.
     
    Bien entendu, les productions de la marque furent confidentielles pour ne pas faire ombrage à celles de P&L qui utilisa cette dernière pour occuper une niche du marché des utilitaires : les camions de pompier.
     
     
     
     
                               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/pompier.jpg
     
     
     
     
    Ensuite comme tant d'autres firmes absorbées par de plus grandes, seuls les sites industriels étaient en fait convoités pour y accroître des capacités de production toujours plus importantes et l'usine d'Orléans verra se succéder à son fronton les lettres des marques PANHARD & LAVASSOR puis CITROEN jusqu'au milieu des années 70 date de sa fermeture ...  
     
    qu'est devenue l'usine aujourd'hui ? Peut être qu'un Orléanais pourra nous en dire plus !
     
     
    En Attendant bon WE à tous !
     
    Pitcats  

    3 commentaires

  • Je ne reviens pas les mains vide car en Mars, l'exhumoir s'immobilise de nouveau du coté de la Meinau à Strasbourg pour raviver la mémoire du plus important constructeur alsacien de l'entre deux guerres :
     
                                                             http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/logo18.gif
     
    Emile Mathis est un personnage incontournable de l'automobile tricolore qui a connu plusieurs étapes dans son aventure automobile qui s'acheva par son décès au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale.
     
    Il aborde l'automobile en 1901 avec la création d'une socièté de maintenance multimarques dans laquelle on retrouvera les productions du Baron De Dietrich avec qui il noue une relation commerciale de qualité.
     
    Ses fréquentes visites à l'usine de Niederbronn le mettront en rapport avec un jeune orfêvre italien de l'automobile Ettore Bugatti d'où naitra une véritable amitiée fort précieuse pour la suite des évènements !
     
    En effet on retrouve les deux comparses associès en mars 1904 dans la "Mathis & Compagnie" un bureau d'études dont l'objet est la conception par Bugatti et la commercialisation par Mathis de l'Hermes une automobile dont la production est assurée par l'usine de matériel ferrovière SACM d'Illkirch-Graffenstaden.
     
     
                   Vue de l'usine SACM
                   http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/Usine SACM.png  
     
                  Quelques exemples de productions SACM              
                  http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/sacmM470.jpg
     
                  http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/otm5_cp.jpg
     
     
    Si l'Hermes s'inspire naturellement des dernières De Dietrich elle s'en démarque par d'importantes innovations telles que l'embrayage composé désormais d'un disque unique accolé sur le volant du moteur rendant ainsi plus aisé le passage des vitesses.
    Notons qu'à l'instard des Mercedes cette boite de vitesses était de type "baladeur" permettant ainsi au conducteur de passer celles-ci dans l'ordre de son choix.
    Seules une dizaine d'Hermes furent vendues dont deux à Adolf Langen Directeur technique de la "Gasmotoren Fabrik Deutz" où bugatti finira par travailler à la suite de sa séparation avec Mathis en 1907.
     
    La désinvolture de Bugatti à s'occuper du service après vente des Hermes en circulation semble avoir été à l'origine du mécontentement de la clientèle et pour protéger sa seconde activité de concessionnaire Mathis ne souhaita pas renouveller le contrat qui les liait lors de son expiration en mars 1907.
     
    La seconde étape de l'aventure automobile d'Emile débute en 1911 avec l'inauguration de la fameuse usine de la Meinau avenue de Colmar à Strabourg et qui voit tomber des chaines les premières véritables Mathis avec notamment la Baby.
     
     
                         Usine Mathis à la Meinau
                         http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/usine de la meineau.jpg
     
        Je vous recommande vivement de visiter le site d'où provient ce cliché ... à ne pas manquer !
     
     
                         1911_ Mathis Baby
                         http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1911_Mathis Baby.jpg
     
    La croissance de l'entreprise est phénoménale si bien que rapidement la "Socièté des Automobiles Emile Mathis" se mue en socièté anonyme pour accompagner son essor que seule la guerre parviendra à mettre entre parenthèses.
    Francophille de coeur, Mathis aura la double joie de redevenir français et de retrouver intacte son usine lors de son retour à Strasbourg si bien que dès 1919 la production reprend avec un cyclecar, des 4 puis des 6 cylindres modernes.
     
    Rapidement Citroën est le lièvre derrière lequel Mathis lance ses levriers dont le premier sera sa 10cv SB en réponse à la 10cv au double chevron !
    La Mathis était bien mieux doté technologiquement parlant car à sa sortie en 1919 elle disposait elle de 4 vitesses, de 4 ressorts entiers et d'un cadre de châssis complet !
     
    L'époque est aux records à battre notamment ceux pour la sobriété des moteurs dans lesquels la marque s'impose souvent d'où son fameux slogan publicitaire :  
     
                                " LE POIDS VOILA L'ENNEMI !"
     
    Avec l'adoption des nouveaux standarts d'interchangeabilité des pièces entre modèles et de nouvelles chaines de production de plus de 750 métres venus d'outre-atlantique, le nombre  de voitures produites par jour est multiplié par 10 pour atteindre plus de 100 en moins de 4 ans !
     
                                 http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/coeur20.jpg
                               
     
    1925 marque une nouvelle génération d'automobiles dont les carrosseries adoptent le système "Weymann" , c'est l'époque des caisses "carrées" chez Mathis avec ses GM, MY et EMYSIX dont la haute calandre  arbore désormais la célèbre flamme olympique .
     
     
    La firme, 4éme constructeur français, poursuit son dévelopement en installant des usines de production en région parisienne et en Allemagne avant de tenter l'aventure américaine en 1930.
    Emile Mathis passe à cette date un accord de production avec GENERAL MOTORS pour produire à Détroit dans l'usine de Lansing sa 7cv type PY.  
    L'accord était grandiose car 200000 unités devaient y être produites soit le double de toutes les Mathis produites pour comparaison !
     
     
    1931_ American Mathis PY
     
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/31coupe.gif
                            http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/mathis py.jpg
     
     
    Malheureusement la crise économique fit capoter l'affaire mais petite consolation pour Emile, sa 7cv innovante equipée de freins hydrauliques rencontra tout de même un grand succès sur le vieux continent !
     
    Dans ses valises, la firme a rapporté de nombreuses nouveautés américaines comme la boite à double prise directe, la roue libre mais surtout le pont à denture hypoïde qui remplacera définitivement les pont arrière à taille Gleason à la libération !
     
    Le début des années trente marque un emballement de l'empire Mathis tant au niveau de la multiplicité des modèles qui parfois se cannibalisent entre eux, de la montée en puissance des moteurs (jusqu'à 5.3 litres de cylindrée pour la Super Mathis) et de la diversification de ses activités dans des domaines plus ou moins rentables en cette période trouble (services financiers, immobiliers, produits pétroliers ...).
     
     
     
     
    1933_ Camion Mathis
                              http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/Camion Mathis-Matford.jpg
     
     
     
     
    La crise fragilise le groupe qui ne peut même plus compter sur son activité "véhicules utilitaires" pour pallier la chute des ventes des voitures de tourisme qui dès 1933 se concentre quasiment exclusivement sur la très moderne  8cv Emyquattre.
     
     
                               1933_ Mathis EMY4
                               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1933_EMY4_01.jpg
     
                               
     
     
    Ce modèle de crise est bien accueilli par la clientèle mais ses ventes ne suffisent pas à equilibrer les comptes de Mathis qui aux aboies se tourne alors vers FORD pour conclure un accord industriel marquant la troisième étape de l'aventure.
     
     
                               1934_ Mathis-Matford EMY4
                               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1934_EMY4_01.jpg
     
     
                                     
     
     
    Les termes de cet accord stipulaient que Mathis mettait à disposition de Ford en contrepartie d'avantages financiers sa puissance industrielle en France pour écouler sous la marque MATFORD le nouveau V8 de FORD.
     
     
                              http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/Usine Matford.jpg
     
     
    C'est ainsi qu'en 1935 voit la naissance de la Matford V8 Alsace, une jolie automobile à carrosserie  aérodynamique embouties chez Chausson au dessin  proche des dernières Chenard&Walker et qui malgrès l'accord signé eclipsera peu à peu les Mathis transformant ainsi l'usine de la Meinau en chaine de montage Ford !
     
     
    Un des premier catalogue MATHIS-MATFORD
     
                                  http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/catalogue2.jpg
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/catalogue02.jpg
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/catalogue03.jpg
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/catalogue04.jpg
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/catalogue05.jpg
    http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/catalogue06.jpg
     
     
                                1936_ Matford Alsace V8
                                http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1936_pub_01.jpg
     
     
     
     
    Un procès s'en suivra et donnera raison en 1939 à Emile Mathis mais la guerre ne lui permettra jamais de relancer la production automobile dans son usine  malgrès ses projets VL333 et 666 présentés après guerre et qui resteront malheureusement sans suite commerciale grâce à notre ami Pons !.
     
     
               1946_ Mathis VL333
               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/mat01.jpg
     
                                     http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1946_333.jpg
     
     
               1948_ Mathis 666
               http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1948_666.jpg
     
     
    Si l'usine de la Meinau est à reconstruire Mathis y montera tout de même quelque tracteurs Moline à partir de 1949 avant que les reste de l'empire soit revendu à Citroën en 1952.
     
     
     
                                        http://images.forum-auto.com/mesimages/264762/1949-52_Tracteur Moline.jpg
     
     
     
     
    Quand au site de  Gennevilliers, il continuera quelque temps à produire des moteurs aéronautiques, de l'électroménager et des scooters Bernardet jusqu' à sa fermeture définitive en 1953.
     
     
    A bientôt  [:pitcats:3]  
     
    Pitcats

    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires