KaZeo
+
pitcats
Follow me
Join now
25 Octobre 2014, St Crespin
Accueil » Les Exhumations » Automobiles GOBRON-BRILLE_ 1898-1930_France
  Articles de cette rubrique :
 

Automobiles GOBRON-BRILLE_ 1898-1930_France

 

 

 

 

   MAJ du 20/09/2008 : Les G-B en courses via Jean-Pierre et un extrait de brevet via Aravis . Merci à eux ;-)

 

 

 

Lorsque Gustave Gobron rencontre l'ingénieur Eugène Brillé c'est une nouvelle fois cette alchime miraculeuse de ce début de siècle entre un pourvoyeur de fonds chantre politique de l'automobile naissante et un ingénieur de grande envergure !

 

 

Dès le départ, la firme installée au 13 quai de Boulogne à .... Boulogne  se fait remarquer par l'utilisation du fameux moteur à pistons opposés qui résoud grâce à un équilibrage quasi parfait  l'inconfortable soucis des vibrations innées aux moteurs à explosion de l'époque.
 

 

 

 

Si depuis 1898, Gustave détient le brevet  pour la France de ce moteur complexe , à la même période on retrouve à titre d'exemple l'utilisation de ce procédé sur les automobiles Arrol-Johnston de Glasgow pour le Royaume-Uni à la même période.

 

 

Gamme 1902

 

 
 

 


Nul besoin de préciser que la firme en fera sa marque de fabrique pendant presque un quart de siècle ou cours duquel l'entreprise sera aussi à l'origine de nombreuses innovations techniques interessantes tel que le carburateur à polycarburation en 1902 !

 


Ingénieux système du cône "à rotations intermittentes" qui selon la presse d'époque trouva un certain écho auprès des médecins de campagne qui dans certains  fonds de vallées reculées pouvaient ainsi projeter de rentrer à la maison grâce à l'alcool de mirabelles gracieusement fourni par le patient visité !

En 1903 coup de théatre, Eugènes Brillé rompt l'association pour fonder Boulevard Pereire à Paris  la "Socièté des Automobiles Eugènes Brillé" (1903-07) dont la fabrication sera assurée par le groupe Schneider au Havre.

 

 


Voir taille réelle


Spécialisé dans les véhicules de livraison et les bus à impérial, la firme produisit aussi en très faible quantité une automobile à polycarburation mais avec un bloc moteur classique puisque n'ayant pas l'autorisation de Gobron d'utiliser le moteur à pistons opposés.
De toute façon, vu les volumes écoulés(7 autos entre 1904 et 1907) Brillé n'aurait jamais pu récupérer financièrement le cout d'un tel droit de fabrication  !
Une malheureuse diversification dans les taxis (Brillé 35/45cv) pour contrer une mévente de ses bus aboutit à la liquiditation de l'entreprise au début de l'année 1908 qui sera complètement reprise par SCHNEIDER avec le succès que l'on connait sur le marché des bus parisiens.

 

 


Eugènes poursuivra sa carrière au sein de la branche armement du groupe Schneider et c'est lui qui chapeautera la mise au point du fameux char d'assaut SCHNEIDER lors de la grande guerre !

 

 

 

Pour revenir à Gobron qui malgrès cette deffection conserva jusqu'en 1918 la dénomination originale "Gobron-Brillé", la compétition ne resta pas en reste car  Louis Rigolly représenta la marque  à presque toutes les grandes épreuves légendaires de ce début de siècle :

1901 : PARIS-BERLIN
1902 : Circuit des Ardennes & PARIS-VIENNE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


1903 : GP OSTENDE

 

1904-05 : Coupe Gordon Bennet & record du monde de vitesse à Nice

1906-07 : GP de l'ACF

Notons que les châssis de ces bolides étaient à la pointe de l'innovation avec l'utilisation des tubes les rendant ainsi ultra compétitifs de par leur extrème légèreté !
Cependant un manque de chance dans des choix techniques lors des courses ne permirent pas à la firme de briller (... oui je sais c'est facile ;-)) malgrès la qualité de ces pilotes et des bolides.

Jusqu'au décès de Gustave en 1911,  c'est une gamme complète qui est proposée à la vente allant de la petite '4 cylindres 12hp à l'appocalyptique 6 cylindres 70/90cv de plus de 16 litres capable en 1908 de vous propulser à 150 km/h sur des routes ou plutot des chemins minés par d'innombrable nids de poules !!! .... un journaliste d'époque proposait aux (très rares)  acheteurs de se munir d'une médaille de St Christophe avant tout trajet !!!!

 

 



Cela porterait presque à sourire mais suite à cet article d'Omnia, le directoire de l'entreprise pris conscience que cette course aux chiffres plus fous les un que les autres (un chassis Gobron valait quasiment deux fois plus cher que celui d'une Rolls) éloignait de la marque une frange importante de la clientèle qui ne souscrivait pas à cette audace du bureau d'études et ce pour le plus grand bonheur des concurrents !

Succèdant à son père, Jean Gobron, As de l'aviation, rationalisa la gamme pour ne conserver que trois modèles à moteur 4 cylindres  de 12, 20 & 40 cv  qui permis de retrouver une partie de la clientèle perdue à un moment où l'état de la trésorerie était pour le moins critique.

Mais la firme montre déja des signes d' essoufflement face à une concurrence de plus en plus innovante puisque le catalogue 1913 mentionne encore une transmission par ... chaîne pour son nouveau modèle haut de gamme 50cv  ! 

La guerre éclatant, l'entreprise se spécialise dans la production d'obus mais contrairement à d'autres elle n'en tirera à l'Armistice qu'une dette abyssale en raison du naufrage par torpillage du cargo amércain censé lui livrer des machines outil ultra modernes pour accroitre la production d'ogives !

En 1919, la raison sociale abandonne le nom de Brillé et la firme déménage à Levallois-Perret dans de nouveaux locaux plus petits situés au 140-146 Boulevard de la Révolte.

Malgrès une trésorerie blessée et un nouvel environnement économique où le salut passe désormais par la modernisation des moyens de production et la rentabilité à grande échelle des organes mécaniques, les "Automobiles Gobron" loupent le coche en présentant à contre courant son ultime modèle  6 cylindres à pistons opposés et à la distribution sans soupapes à fourreaux censé apporter encore plus de silence : la 25cv dont la conception complexe et hors de prix mettent hors marché la firme qui s'enlise encore d'avantage !

La marque rentre dans le rang en présentant dès 1923 deux berlines moyennes 8 & 10cv  animées par un 1500 "Chapuis-Dornier"  mais ce montage ne passe pas aux yeux des fidèles de la firme qui lui reproche contre toute attente son manque d'audace et la banalisation de ses produits !

Entre le marteau et l'enclume, la firme sous traite à la socièté "Vrad & Cie" d'Asnières le soin de construire , sous sa marque "Stabilia" en chute libre commercialement, ces deux automobiles aux antipodes de ses références .
Le résultat sera là aussi désastreux si bien que pour terminer en panache Gobron lance en 1928 avec l'aide technique d'EHP sa fameuse CA-4 TS qui remportera les 6H de Boulogne dans la catégorie des 1500 mais avec seulement 6 commandes en deux ans  la firme baissera définitivement son rideau en 1930 ! 

 

 


Le Mans 1906

 
 
 

 

 
 

 

 


 

 

 

 

 

 


 
Le lundi 08 septembre 2008 à 10h24 dans Les Exhumations
Poster un commentaire
Pseudo :
Email (facultatif) :
Adresse site (facultatif) :
Votre message :
Voulez-vous suivre le fil de la discussion ?
Beaudelaire

Beaudelaire (Visiteur)
Comment se fait-il que l'on ne trouve aucune photo des véhicules produits depuis 1923 ?
Pourtant une voiture fit le tour de France en 1923 et termina sans pénalité.
Je restaure actuellement un véhicule de cette année-là et j'aimerais bien avoir quelques documents pour essayer de rester dans l'esprit de la marque.
.

Vendredi 01 Novembre 2013 à 17:32

Publicité
Me suivre sur...
  • 1924_1012_03.gif
Newsletter